ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
Harry Potter_Tom Marvolo Riddle
 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact
Extrait de Harry Potter 2

 
 
Harry Potter et la chambre des Secrets  
Chapitre 13 : Un journal très intime (suite)
 
 
 
 
 
Bientôt, Harry sentit à nouveau le sol dur sous ses pieds. Il se releva, tremblant de tout son corps, et entouré de formes floues qui retrouvèrent brusquement leur netteté, comme à travers un objectif qu'on aurait mis au point. 
Il reconnut immédiatement l'endroit dans laquel il se trouvait. Cette pièce ronde aux murs recouverts de portraits somnolents, c'était le bureau de Dumbledore. Mais l'homme assis derrière la grande table n'était pas Dumbledore. C'était un petit sorcier tout ridé, frêle et chauve avec encore quelques rares cheveux blancs et fins. Eclairé par une chandelle, il lisait une lettre. Jamis Harry n'avait vu cet homme.
 
- Je suis désolé, dit-il d'une voix mal assurée. Je ne voulais pas vous déranger... 
Mais le sorcier ne lui accorda pas un regard. Il continuait à lire, les sourcils légèrement froncés. Harry s'approcha du bureau. 
- Je... Je crois qu'il vaut mieux que je m'en aille... Balbutia-t-il. 
Mais le sorcier continua de faire comme s'il n'était pas là. Il replia la lettre, se leva de son fauteuil, passa devant Harry sans le voir et alla ouvrir les rideaux de la fenêtre. 
Dehors, le ciel était d'un rouge éclatant. Le soleil se couchait. Le sorcier retourna à son bureau, se rassit et se tourna les pouces, les yeux fixés sur la porte. 
Harry regarda autour de lui et ne vit pas fumseck le phoenix, ni les étranges instruments qu'il avait entendus bourdonner dans le bureau de Dumbledore. Il se trouvait dans le Poudlard que Jedusor avait connu et le sorcier assis à la table était le directeur en exercice à l'époque. Harry, lui, était devenu une sorte de fantôme que les gens d'il y a 50 ans ne pouvaient voir. 
Quelqu'un frappa à la porte du bureau.
 
- Entrez, dit le vieux sorcier d'une voix faible. 
Un garçon qui devait avoir environ 16 ans poussa la porte et ôta son chapeau pointu. Un insigne of préfet brillait sur sa poitrine. Il était plus grand que Harry et avait lui aussi des cheveux d'un noir de jais. 
- Ah, c'est vous, Jedusor, dit le directeur. 
- Vous vouliez me voir, professeur Dippet ? Demanda Jedusor.
 
Il semblait mal à l'aise. 
- Asseyez-vous, dit le sorcier. Je viens de lire la lettre que vous m'avez envoyée. 
-Ah.
 
Jedusor s'assit, les mains étroitement serrés l'une contre l'autre. 
- Mon garçon, dit le sorcier d'un ton bienveillant, il m'est impossible de vous autoriser à rester à l'école pendant l'été. Vous ne voulez vraiment pas retourner chez vous pour les vacances ? 
- Non, répondit aussitôt Jedusor. Je préfère de beaucoup rester à poudlard plutôt que de retourner dans ce... Dans ce... 
- Je crois que vous habitez dans un orphelinat de moldus pendant les vacances, c'est bien ça ? Dit le sorcier d'un air intéressé. 
- Oui, Monsieur, répondit Jedusor en rougissant légèrement. 
- Vous êtes né de parents moldus ? 
- Moitié, moitié, répondit Jedusor. Père moldu, mère sorcier. 
- Et vos parents sont tous les deux... 
- Ma mère est morte peu après ma naissance, Monsieur. A l'orphelinat, on m'a it qu'elle avait vécu juste assez longtemps pour me choisir mes prénoms: Tom qui était le prénom de mon père et Elvis qui était celui de mon grand père.
 
Dippet hocha la tête d'un air compatissant. 
- Normalement, on aurait pu s'arranger pour vous garder ici cet été, dit-il, mais dans les circonstances présentes... 
- Vous voulez-dire, toutes ces agressions ?
 
Harry sentit son coeur faire un bond dans sa poitrine et il s'approcha encore un peu de peur de manquer la moindre parole. 
- C'est cela, en effet, reprit le directeur. Mon garçon, vous devez comprendre qu'il serait déraisonnable de ma part de vous autoriser à rester au château à la fin du trimestre, compte tenu de la récente tragédie qui a eu lieu... La mort de cette malheureuse jeune fille. Vous serez beaucoup plus en sécurité dans votre orphelinat. Pour tout dire, le ministère de la magie envisage même de fermer l'école. Nous n'avons malheureusement toujours pas réussi à savoir où se situait la...heu... Source de ces désagréments... 
Une lueur brilla soudain dans le regard de Jedusor. 
- Et si le coupable se faisait prendre, Monsieur?... Tout serait terminé... 
- Que voulez-vous dire ? Demanda Dippet d'une petite voix aiguë en se redressant dans son fauteuil. Jedusor, sauriez-vous quelque chose concernant ces agressions? 
- Non, Monsieur, répondit aussitôt Jedusor.
 
Mais Harry comprit tout de suite que c'était le même genre de "non" qu'il avait lui-même répondu à Dumbledore. 
Dippet se laissa tomber dans son fauteuil, l'air un peu déçu.
 
- Vous pouvez sortir, Tom, dit-il. 
Jedusor se leva et quitta le bureau. Harry lui emboîta le pas. 
Ils descendirent l'escalier en colimaçon et sortirent dans le couloir, à côté de la gargouille. Jedusor s'arrêta et Harry l'observa de près. Le front plissé, les lèvres serrées, Jedusor réfléchissait. 
Enfin, comme s'il avait soudain pris une décision, il s'éloigna à grands pas, toujours suivit par Harry. Lorsqu'ils eurent atteint le Hall d'entrée, un sorcier de haute taille à la longue barbe et aux cheveux châtain-roux appela Jedusor.
 
- Que faites-vous à vous promener si tard dans le château, Tom ? 
Harry regarda le sorcier bouche-bée. C'était Dumbledore avec 50 ans de moins! 
- Je suis allé voir le directeur, Monsieur, répondit Jedusor. 
- Dépêchez-vous d'aller vous coucher, dit Dumbledore en jetant à Jedusor un de ses regards pénétrants que Harry connaissait bien. Mieux vaut ne pas traîner dans les couloirs, depuis que...
 
Il poussa un profond soupir, souhaita bonne nuit à Jedusor et s'éloigna. Jedusor attendit qu'il ait disparu, puis il se dirigea vers l'escalier qui descendait dans les cachots, Harry sur ses talons. 
Contrairement à ce qu'il espérait, Jedusor ne le conduisit pas dans un passage secret, mais dans la salle où Rogue donnait ses cours de potions. Les torches n'étaient pas allumées et lorsque Jedusor referma la porte en la laissant très légèrement entrebaîllée, Harry ne vit plus que sa silhouette immobile qui surveillait le couloir, l'oeil collé contre l'ouverture. 
Quelqu'un avançait dans le couloir et passa devant la porte du cachot où ils se tenaient à l'affût. Jedusor, silencieux comme une ombre,écarta la porte, se glissa dans l'entrebâillement et suivit l'inconnu. Derrière lui, Harry marchait sur la pointe des pieds oubliant que, de toute façon, personne ne pouvait l'entendre. 
Pendant environ 5 minutes, ils suivirent les bruits de pas qui résonnaient un peu plus loin, puis, soudain, Jedusor s'immobilisa, l'oreille tendue. Harry entendit alors une porte grincer et quelqu'un parler dans un murmure rauque.
 
- Allez, viens, dit la voix, il faut te sortir de là. Allez, viens...Dans la boîte... 
La voix parut familière aux oreilles de Harry.  
Tout à coup, Jedusor se précipita en avant. Harry le suivit et vit la silhouette sombre et massive d'un jeune homme accroupi devant une porte ouverte. Une grosse boîte était posée sur le sol.
 
- Bonsoir, Rubeus, lança vivement Jedusor. 
Le jeune homme claqua la porte et se releva. 
- Qu'est-ce que tu fiches ici, Tom ? 
Jedusor s'approcha. 
- C'est fini pour toi, dit-il. Je vais être obligé de te dénoncer, Rubeus. Ils veulent fermer l'école si les agressions continuent. 
- Qu'est-ce que tu ... 
- Je ne crois pas que tu avais l'intention de tuer qui que ce soit. J'imagine que tu as dû le laisser sortir pour se dégourdir un peu... 
- Je n'ai jamais tué personne! S'écria le jeune homme, le dos contre la porte.
 
Derrière le panneau, on entendait un drôle de bruissement accompagné d'une sorte de cliquetis. 
- Allez, viens, Rubeus, dit Jedusor en s'approchant encore. Les parents de la fille qui s'est fait tuer vont arriver demain. Le moins que l'on puisse faire, c'est d'abattre la chose qui l'a tuée... 
- Ce n'était pas lui! Rugit le jeune homme. Jamais il n'aurait fait ça! Jamais! 
- Ecarte-toi, ordonna Jedusor en sortant sa baguette magique.
 
Il fit jaillir une flamme aveuglante qui illumina le couloir et la porte s'ouvrit brusquement avec une telle force qu'elle projeta contre le mur la silhouette massive du jeune homme. Dans l'encadrement de la porte apparut alors quelque chose qui arracha à Harry un hurlement perçant que lui seul put entendre. 
C'était un long corps bas, hérissé de poils, avec un enchevêtrement de pattes noires, des yeux innombrales qui brillaient dans l'obscurité et une paire de pinces aiguisés comme un rasoir. Jedusor leva à nouveau sa baguette, mais il ne fut pas assez rapide. La chose s'enfuit en le jetant à terre au passage, fila le long du couloir et disparut. Jedusor se releva et brandit une nouvelle fois sa baguette, mais le jeune homme lui sauta dessus, la lui arracha des mains et le projeta à terre en hurlant :
 
- NOOOOOOOOOON!!! 
Tout se mit alors à tourner, l'obscurité devint totale, Harry se sentit tomber comme dans un gouffre et se retrouva allongé sur son lit les bras en croix, le journal de Jedusor ouvert sur son ventre... 
" C'est Hagrid qui a ouvert la Chambre des Secrets il y a 50 ans" ! Pensa-t-il. 
 
 
Tom Jedusor parle avec le professeur Dumbledore, Harry à ses côtés... 
 
 
Tom Jedusor trouve la cachette d'Hagrid. 
 
 
Il va dénonncer Hagrid et le renvoyer. 
 
 
Harry s'en va du souvenir de Tom jedusor...

  
(c) Julie Coulson - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 14.04.2005
- Déjà 2020 visites sur ce site!